Inspirez-les

L'influence considérable des parents

Les enfants reproduisent tout ce qu’ils voient, à commencer par ce que font leurs parents. Même si les temps changent et que les influences se multiplient (télé, Internet, réseaux sociaux, etc.), les parents sont encore aujourd’hui le modèle le plus marquant pour eux. Les enfants adoptent plusieurs des valeurs et des comportements des parents. C’est aussi vrai en ce qui a trait à l’alimentation et à l’activité physique !


Les études le démontrent :

  • Les aliments que vous achetez, ceux servis en collation et aux repas et surtout, ceux consommés par les parents, influencent les choix alimentaires des enfants.11

  • Les enfants dont les parents participent régulièrement à des sports et des activités physiques sont plus portés à être actifs et à le rester.12

  • L’encouragement ainsi que l’appui des parents ont un impact important sur la participation des jeunes aux activités sportives.13


Pour inciter les jeunes à manger mieux et à bouger plus, il faut donc commencer par donner l’exemple et adopter, soi-même de saines habitudes de vie. En prime, vous vous ferez le cadeau d’une meilleure santé!

10 gestes pour influencer les comportements de vos enfants

  1. Prendre un bon petit déjeuner et ne pas sauter de repas.
  2. Limiter le temps passé devant la télé et savoir délaisser son cellulaire.
  3. Manger des fruits ou des légumes à tous les repas.
  4. Bouger pour le plaisir et le mouvement et non pour « brûler des calories ».
  5. Passer moins de 2 heures par jour devant l’ordinateur, hors du boulot.
  6. Marcher ou prendre le vélo pour de courts déplacements, au lieu de prendre la voiture.
  7. Savourer une diversité d’aliments et éviter d’avoir des aliments interdits.
  8. Prendre les escaliers au lieu de l’escalier roulant, le plus souvent possible.
  9. Opter pour l’eau comme boisson de premier choix.
  10. Organiser des sorties ou des activités sportives en famille et y participer.

La délicate question de l'apparence

Saviez-vous que 14:

  • Certaines jeunes filles s’empêchent de faire de l’activité physique pour ne pas se décoiffer, se démaquiller ou transpirer en public.

  • Environ 50 % des ados sautent des repas dans le but de maigrir.

  • De 8 à 10 % des jeunes commencent à fumer en espérant perdre du poids.


Les parents ne sont pas les seuls responsables des préoccupations des jeunes en lien avec l’image corporelle, le poids et l’estime de soi. Il faut par contre savoir que les attitudes des parents en lien avec leur propre apparence ou leur propre poids ne passent pas inaperçues. Les gestes et les paroles des adultes influencent la façon dont les jeunes construisent leur estime de soi.

Le mot de la nutrionniste

« Évitez de vous forcer à finir votre assiette et apprenez à écouter le signal que vous envoie votre corps quand vous avez suffisamment mangé. Dans le même esprit, si votre enfant n’a plus faim, ne l’obligez pas à terminer son assiette. »
- Sarah Dutilly, Dt.p


Les bébés et les enfants ont le réflexe naturel d’arrêter de manger lorsqu’ils n’ont plus faim. C’est précieux, car ça contribue d’abord à l’atteinte des besoins nutritionnels. Manger à sa faim, ni plus ni moins, permet également de conserver un poids adéquat.


L’objectif est donc d’aider l’enfant à conserver ce réflexe, en évitant d’essayer de contrôler la quantité d’aliments qu’il mangera. Le parent s’assure de la qualité des aliments, en choisissant et en présentant des aliments sains et savoureux… mais la quantité ingérée doit demeurer sous le contrôle de l’enfant.


C’est prouvé : répondre à sa faim avec une collation ou un repas équilibré permet de contrôler les fringales et donc de mieux gérer son poids. De plus, ça assure un bon niveau d’énergie en tout temps!

Quelques comportements à éviter

  • Insister pour qu’un enfant mange. Cela risque de transformer le repas en un moment désagréable. L’enfant risque également de perdre de vue le plaisir de manger.

  • Réprimander ou culpabiliser l’enfant s’il ne termine pas son assiette. Cela risque de pousser l’enfant à manger au-delà de ses besoins réels.

  • Utiliser la nourriture comme une récompense, par exemple en promettant un dessert si l’enfant mange ses légumes.Cela risque de renforcer l’idée de l’enfant que les légumes ont moins de valeur que le dessert.

  • Manger par ennui, pour se distraire ou pour se consoler. Cela risque de dénaturer l’utilité première des aliments : se nourrir en réponse à la faim!

  • Restreindre, interdire ou bannir certains aliments. Cela risque d’augmenter l’attrait et le désir envers ces aliments.

L'été c'est fait pour jouer!

« J’aime quand maman vient jouer avec moi au parc. Elle est trop grande pour les glissades, mais elle peut se balancer avec moi »
- Léa, 6 ans


« L’été, mes parents et moi on va frapper des balles de tennis sur le mur de l’école. C’est l’fun! »
- Nathan, 9 ans


La saison estivale, c’est parfait pour bouger à l’extérieur avec vos enfants. C’est aussi ça, donner l’exemple!

Persuader vos ados

Avec les ados, il faut faire preuve de constance, en continuant à donner l’exemple. La famille continue d’avoir une influence importante sur le développement des adolescents…même si on a l’impression parfois que les parents sont les dernières personnes qu’ils voudraient imiter!

11. Boucher, D. et Côté, F. (2008). Facteurs influençant une saine alimentation chez les adolescents : revue de littérature destinée à l’infirmière en milieu scolaire. L’infirmière clinicienne 5(1), pages 62-73.12.

12.Jeunes en forme Canada (2008). Bulletin canadien de l’activité physique chez les jeunes. Repéré à http://dvqdas9jty7g6.cloudfront.net/reportcard2008/AHKCLongFormFR.pdf

13. Ministère de l’éducation du Québec (2005). Ça bouge après l’école : Un milieu de vie stimulant. Repéré à http://www.mels.gouv.qc.ca/lancement/bouge/bouge_apres_ecole.pdf

14. Équilibre, groupe d’action sur le poids. Votre influence a du poids. Repéré à http://www.equilibre.ca/gestion/UserFiles/File/JISD_2010/brochure_parent.pdf